Vous êtes ici : Accueil » Environnement Urbanisme » La Nature à Brionne
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

La Nature à Brionne

La ville de Brionne s’est engagée dès 2013 dans de nouvelles méthodes d’entretien des espaces publics.

La commune a été certifiée en répondant aux exigences de la charte d’entretien des espaces publics. Les méthodes alternatives au traitement chimique sont le thermique (infrarouge, flamme directe, vapeur, eau chaude, mousse chaude) et le mécanique (binette, brosse rotative, balayeuse…).

La ville a mis en place un plan de gestion différenciée des espaces verts :

comme à la base de loisirs

Concrètement, en plus de l’arrêt complet de l’application des pesticides, c’est également la limitation de la tonte. Cette gestion favorise l’apparition spontanée d’une faune et d’une flore diversifiées, dite aussi “biodiversité”.
La limitation de la tonte se fait aussi grâce aux 16 moutons accueillis depuis le printemps à la base de loisirs. Il s’agit de moutons d’Ouessant et des Landes de Bretagne situés dans un parc, avec une clôture électrique, entre le plan d’eau et le bord de la Risle.

Ou encore au pied des arbres et sur certains bords de route

pied arbreMais pour cela, il s’agit de porter un autre regard sur la végétation spontanée et de respecter ces espaces. En effet, malgré la semence de graines adaptées au climat et à la terre, les fleurs au pied des arbres en centre-ville près de l’église Saint-Martin n’ont pas poussé… car recouvertes trop souvent par les “crottes” de chien… Contrairement aux pieds des arbres rue du Maréchal Leclerc.

Changer notre regard :

Différents regards peuvent être portés sur la végétation spontanée. Au pire elles ne sont rien, même pas des plantes, au mieux ce sont des mauvaises herbes. Pour la majorité des usagers de la ville, leur présence évoque l’idée d’entretien, ou plutôt de défaut d’entretien, en lien avec une perception négative. C’est surtout quand elles sont perçues comme un élément de la nature ou du sauvage que ces plantes sont appréciées, et acceptées sur le territoire urbain, ou quand elles s’offrent par leurs fleurs, leurs couleurs, leur abondance.
Elles sont aussi appréhendées à partir d’une approche esthétique, paysagère, en lien avec des ambiances ou des sensations ressenties.
Cela tend à montrer qu’au final, cette végétation participe, au même titre que tous les autres éléments dont la ville se compose, à l’esthétique environnementale de l’espace public.

Le fleurissement

La municipalité attache une grande importance à son fleurissement qui contribue à la qualité du cadre de vie et également à l’attractivité de son territoire.