Vous êtes ici : Accueil » Environnement Urbanisme » Les grands projets » Vallée habitée
Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Vallée habitée

Le Projet Vallée Habitée : la Friche Siret-Delaporte

Dans le cadre de l’élaboration du PLU, la friche Siret-Delaporte a été identifiée comme un site avec un fort potentiel de développement. Ainsi, à travers la réglementation, la ville a acquis cette friche industrielle de 2 hectares située sur une île, au cœur de la ville.

Description du projet par M. le Maire

Et par le responsable de la médiathèque

friche siret delaporteSaisissant l’opportunité d’un appel à projet du CAUE 27, s’inscrivant lui-même dans une recherche-action nationale du Ministère de l’environnement et de la transition énergétique. La candidature de la ville de Brionne avec la friche Siret-Delaporte a été retenue pour imaginer une autre manière d’aménager le territoire, de l’habiter, et ce, en luttant contre l’étalement urbain (construction sur les plateaux) et la désertification des fonds de vallée.

Située sur une île, entre deux bras de la Risle

Une friche industrielle de 2 hectares
Anciennement habitée par des filatures
En proximité immédiate du centre-ville

Quels objectifs ?

  • Poursuivre la redynamisation du centre-ville
  • Redonner un espace, un nouveau quartier aux habitants
  • Réinventer notre manière d’habiter le territoire
  • Repenser les mobilités et les déplacements (les liaisons douces: à vélo, à pied…) à toutes les échelles

Avec Qui ?

Les habitants, les experts, les chercheurs, les professionnels….un appel d’offre a été lancé pour sélectionner un groupement d’experts pour mener une étude sur 3 ans.

Pour y faire quoi ?

Tout est envisageable : des commerces, des logements, des services…. Créer un nouveau quartier durable

On commence par quoi ?

En 2018, trois projets ont été conduits.

La question de la valorisation du potentiel hydroélectrique

polytechLe premier avec l’école de Polytech Tours visant à étudier la valorisation du potentiel de production hydroélectrique de la commune de Brionne.

turbineLes 25 étudiants de 4ème années (Département Aménagement et Environnement) sont venus découvrir le site le 15 février dernier permettant ainsi de visualiser et contextualiser leur réflexion.

Durant 10 semaines, en 4 groupes, ils ont élaboré des hypothèses et des propositions ont été formulées en avril 2018 au groupe projet composé par les professionnelles de la question et du territoire, comme le SIBVR, l’agence de la biodiversité, le Siège, l’association de pêche la truite Risloise, les élus de l’Intercom Bernay terre de Normandie et de la ville et également des particuliers comme Monsieur Sourdon qui pour l’occasion a fait une visite guidée de la turbine (anciennement les Usines Compin).

L’ensemble des productions est disponible sur le site de l’école de Polytech Tours

La question de la valorisation des espaces de nature

Le second projet vise à développer une stratégie communale en faveur des espaces naturels de Brionne. Une étudiante de 3ème année (Ingénierie des espaces végétalisés urbains de l’école Agro Paristech est arrivée a effectué un stage de 6 mois pour aborder cette question.
Son travail de recherche et de diagnostic sur les espaces naturels a permis d’élaborer un plan d’actions visant à préserver, restaurer et valoriser la nature à Brionne.

Quelques exemples d’actions :
Articles / manifestation chauve-souris/ Renouée du japon

nature à BrionnePour partager la connaissance du territoire, le diagnostic est présenté sous forme d’articles à paraître dans plusieurs éditions du Brionnais.

La Nature à Brionne, c’est quoi ?
• La Nature, à quoi ça sert ?
• Les chauves-souris à Brionne
• La Risle et ses berges,
• Les prairies humides à Brionne
• Les forêts et les prairies sèches

Une manifestation sur les chauves-souris a été organisée en partenariat avec le Groupe Mammalogique Normand, le Samedi 29 septembre avec une conférence sur les chauves-souris, suivie d’une promenade où il a été observé 7 espèces différentes sur les 12 recensées à Brionne.

biodiversitéUne action de préservation et de restauration de la nature à Brionne : une espèce invasive la Renouée du Japon

La Renouée du Japon est une plante invasive de plus en plus présente à Brionne : c’est pourquoi, la ville s’est engagée dans :

  • le suivi de l’évolution de la Renouée du Japon et d’autres espèces invasives : les agents des services techniques de la Ville ont été formés en septembre 2018 pour reconnaître les espèces invasives de Brionne et ses alentours (Renouée du Japon, Balsamine de l’Himalaya, Jussie, …).
    Photo formation sur le site siret-delaporte
  • la lutte contre le développement de la Renouée du Japon : la ville en partenariat avec le Syndicat Intercommunal de la Basse Vallée de la Risle expérimente une technique de lutte sur la parcelle des services techniques de la ville. Après avoir déterminé une technique efficace, un protocole sera créé pour permettre aux agents des espaces verts de participer à la lutte contre la Renouée du Japon sur les parcelles communales et apporter assistance aux particuliers pour limiter la propagation.

Article rédigé par Thomas Dupuis, Technicien rivière du SIBVR

Parole de Rislois

Du 20 octobre au 3 novembre, une exposition de 18 portraits sonores et photographiques a été installée au bord de la Risle dans le centre-ville de Brionne. Cette exposition a été réalisée avec les Brionnais afin qu’ils nous content une anecdote, un souvenir avec, sur ou dans la Risle. Cette déambulation au bord de l’eau invitait à travers les différents témoignages à découvrir ou redécouvrir la rivière avec un autre regard, celui d’un kayakiste, d’un pêcheur, d’un producteur d’hydroélectricité, d’un éleveur…et d’habitants.
Vous pouvez retrouver les portraits (https://vallees-habitees.fr/)

Cette exposition a été réalisée avec le Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement dans le cadre du lancement du projet « Vallées Habitées » auprès des habitants.

Ce projet, à travers la friche Siret-Delaporte située sur une île, vise à réinventer notre manière d’habiter le territoire en considérant les paysages et l’environnement ainsi que les êtres sensibles qui le composent.